Article de la semaine
179916531_6237917083957_2568399704807997

QUE LA TÉLÉ CESSE ENFIN DE SERVIR 
DE TRIBUNE À MARC VAN RANST !

Nord.jpg

À la une de son numéro du 28 mai 2021, 't Pallieterke pose la question à l'ensemble des journalistes flamands :   
 

Marc Van Ranst aurait-il pu devenir en Flandre la figure de proue des mesures contre l'épidémie de 
Covid-19 et le rester s'il avait eu un profil de militant de droite radicale et s'il avait abusé de son statut d'expert en virologie pour insuffler de la propagande de droite dans ses propos et invectiver sur Twitter les représentants de Groen, de l'Open VLD et du Vooruit ? La réponse va de soi.

 

Malgré tout le battage de ces derniers jours, il n'est pas venu à l'idée de Van Ranst de se réfréner. Il a fait savoir sur Twitter que les gens qui menacent, voire même insultent, les virologues méritent des peines de prison effective ; a suggéré que ceux qui ont manifesté leur sympathie pour le militaire en fuite Jürgen Conings sur les réseaux sociaux soient fichés par l'OCAM (l'Organe de Coordination pour l'Ana-lyse de la Menace) ; a qualifié le Vlaams Belang de parti de la haine et lui a fait endosser la responsabilité des faits et gestes de Conings...

 

Aucun autre virologue flamand (Erika Vlieghe, Steven Van Gucht, Pierre Van Damme, lesquels font montre de sérieux professionnel et d'intégrité) ne suscite une telle aversion que Marc Van Ranst qui reste, selon 't Pallieterke, le brandon de discorde qu'il n'a jamais cessé d'être.

L'épidémie de Covid-19 a exigé de lourds sacrifices à la communauté, poursuit en substance l'hebdo sati-rique, d'un point de vue personnel et professionnel. Afin que la population accepte les mesures et s'y soumette, il eût paru d'évidence préférable que la communication soit assurée par quelqu'un qui témoigne d'empathie, de sérénité, de crédibilité, d'exactitude professionnelle, de neu-tralité politique. Marc Van Ranst ne dispose d'aucune de ces qualités.

 

Bien au contraire, s'insurge notre confrère, avec MVR, nous avons affaire à un brandon compulsif qui cherche constamment à attirer l'attention jusqu'à aller faire le clown dans le jeu Rad van Fortuin (Roue de la Fortune) sur une chaîne télévision, à un agitateur politique qui ne laisse pas passer la moindre occasion de s'en prendre à des adversaires politiques modérés comme l'ancien recteur de la KUL Rik Torfs, l'ancien président de la Chambre Siegfried Bracke ou le constitutionnaliste Hendrik Vuye, à un virologue qui passe plus de temps dans les studios de télévision que dans son labo et qui, dans son domaine professionnel, a souvent été à côté de la plaque.

Ses erreurs et ses sympathies pour l'extrême-gauche n'ont pas empêché la presse conventionnelle d'instituer Marc Van Ranst comme emblème flamand de la virologie et de la gestion de crise de la Covid-19, à l'élever en héros populaire.

Le ministre fédéral de la Santé et de l'Electrochoc Frank Vandenbroucke a déclaré à Radio 1 que le monde politique devait « soutenir pleinement » Marc Van Ranst, caché en raison des menaces dont il a fait l'objet, car il serait menacé pour le rôle qu'il remplit en tant que scientifique en formulant des avis qui ne sont pas drôles. N'est-ce pas plutôt parce que MVR est sorti de son rôle de scientifique que l'on en est arrivé à ces extrémités ? Ne serait-il pas grand temps que la télévision cesse enfin de lui servir de tribune politique ?   

PAN20210602_MVR.jpg