Article de la semaine
179916531_6237917083957_2568399704807997
PAn Talon.jpg

GIEC A DIT C’EST GRAVE ! 
MAIS … C’EST QUI CE GIEC ?

Cette semaine, nombreux sont les articles parus à propos du 6ème rapport du GIEC sur le climat. Il est, si on en croit les médias, catastrophique. On s’en doutait. Mais quel impact peut avoir ce rapport sur nous, simples citoyens ? Il constituerait une preuve de plus que nous courrons vers l’apocalypse pour ceux que Greta a convertis, et c’est un rapport opaque écolo-bobo pour ceux qui en ont marre d’être constamment culpabilisés sur leur mode de vie.

Ergotine pour sa part, n’étant ni écolo ni climato-sceptique, s’est demandé que penser de ce flot d’informations verdaches que l’on peut lire partout à propos dudit rapport. Entre théories du complot et bien-pensance étouffante, comment se faire une idée personnelle plus objective et factuelle de la situation ? Changement climatique, oui sans doute ; notre faute, oui peut-être ; notre impact individuel, difficile à mesurer ; l’instrumentalisation politique, oui surement, mais surtout… qu’est-ce que j’y peux moi, à tout ça… je ne vais quand même pas voter écolo !

Ne reculant devant aucun sacrifice pour rendre votre lecture utile, effectuer les recherches nécessaires pour comprendre ce qu’est le GIEC et comment il travaille est apparu comme une première étape logique et instructive. 

Le GIEC est le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat, créé en 1988 par l’Organisation Météorologique Mon-diale et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Trois grands groupes de scientifiques sont élus pour une durée de 7 ans par 195 pays qui ont chacun une voix de même poids. Sa mission est « d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés aux changements climatiques d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement, et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation de celui-ci. Les scientifiques élus par le GIEC ne produisent pas eux-mêmes de rapport, mais sont chargés, selon leur expertise, d’évaluer puis de synthétiser les publications scientifiques publiées sur un sujet. Le premier groupe se charge des publications sur l’évolution du Climat, le second de l’impact, de l’adaptation et de la vulnérabilité face aux changements climatiques, le troisième, des solutions envisagées pour atténuer les effets du changement climatique ». En d’autres termes, le premier groupe fait un état des lieux sur le climat, le second synthétise comment gérer l’inévitable, le troisième, comment éviter l’ingérable.

Une fois le travail des scientifiques effectué, il est soumis une première fois à des milliers d’évaluateurs, candidats relecteurs reconnus, qu’ils soient climato-sceptiques ou écolos avertis. Chaque commentaire doit être pris en compte, qu’il soit intégré au rapport ou pas. Si ne l’est pas, le scientifique du Giec devra justifier pourquoi. Tous ces commentaires et toutes les versions des rapports sont consultables librement. Pour vous donner une idée, les rapports du Giec de 2014 ont été soumis à plus de 140.000 commentaires avant d’être publiés.

Le Giec a produit des rapports en 1990, 1995, 2001, 2007, 2014 et 2021-2022. Un rapport complet se compose de la synthèse de chaque groupe ainsi que d’une synthèse globale, le tout correspondant à près de 5000 pages en 2014. Chaque rapport doit être approuvé par les gouvernements, cependant, les scientifiques ont un droit de véto sur les remarques du politique. Bien sûr, une bonne partie des scientifiques auteurs des rapports sont payés par des organismes subventionnés, mais vu leur nombre et la diversité de pays représentés, il est peu probable que la pression politique ait une influence sur le contenu des rapports. En revanche, les médias, les auteurs de livres, les gurus sur Facebook et autres soi-disant experts, peuvent résumer ou interpréter le rapport du Giec très librement et de façon à nourrir leur propos ou intérêt. Alors évidemment, vous n’allez pas lire le rapport de 5000 pages pour vous faire votre propre idée… En revanche, il est bon de savoir que le résumé de ce rapport destiné aux « décideurs », ne comporte que 40 pages synthétisant des informations scientifiques et objectives à propos du climat. Vous verrez qu’il y a peu d’affirmations, que la nuance y est plus présente que dans les médias, et que les graphiques illustrant les propos sont instructifs. Alors foi d’Ergotine, comme la procédure apparait d’une rassurante transparence démocratique éloignée de tout dogme trop politique, il semble que la meilleure chose à faire pour vous faire votre propre idée sur le changement climatique est probablement de lire ce rapport ici :

www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/downloads/report/IPCC_AR6_WGI_SPM.pdf

 

Ergotine

climat.jpg