A la mi-février, Cisco était plus clair dans ses intentions à l’issue de l’annonce de la suppression de 5% de ses effectifs : « nous continuons d'aligner nos investissements sur les opportunités de croissance futures. » Et Chuck Robbins , son CEO, de commenter : « Notre innovation se situe au centre d'un écosystème de plus en plus connecté et jouera un rôle essentiel à mesure que nos clients adopteront l'IA et sécuriseront leurs organisations. »

Il s’agit de la deuxième phase de licenciement lancée par le fournisseur au cours des dix-huit derniers mois. Bien que l’équipementier connaisse une croissance dans un certain nombre de domaines, notamment la sécurité, les réseaux sans fil et l'IA, il a indiqué être confronté à un certain nombre de défis à court terme. 

Pour les analystes, on assiste à un phénomène en deux temps. D’abord, l'IA est désignée comme le bouc émissaire des vagues de départs. Pour justifier ces licenciements, les entreprises expliquent qu'elles se préparent à cette nouvelle technologie, réorganisant ainsi leurs effectifs pour accroître leur productivité. Ensuite, et c’est ce que l’on va vivre très rapidement, ces réductions d'effectifs vont s'accompagner d'une stratégie de recrutement.

L'objectif est de supprimer les postes et les personnes considérés comme incompatibles avec l'orientation vers l’IA tout en recrutant des profils alignés avec la nouvelle stratégie et possédant les compétences requises.

L’exemple de SAP est révélateur. Tout en annonçant licencier 7% de ses effectifs, le géant allemand prévoit de maintenir son même nombre d’employé d’ici la fin de l’année !

Alain de Fooz
Editeur responsable Solutions Magazine
www.soluxions-magazine.com